Marie-Claire D’ARMAGNAC

Bienvenue sur mon site professionnel

Pour Marie-Claire D’ARMAGNAC,

« Peindre c’est se dévoiler au cœur du chaos et chercher l’Etoile… Tendre ce fil d’Ariane qui me permettra de saisir, au-delà de l’œuvre,  cette vie que je soupçonne et vois jaillir dans la couleur, la forme et la lumière…

Marie-Claire D’ARMAGNAC, photo par JF Cournot
Marie-Claire D’ARMAGNAC photo JF Cournot

Sur ce chemin pictural et philosophique, faire en sorte que tout se transforme… Alors, du chaos des origines se profile peu à peu cet univers particulier, étrange et vaporeux, dans lequel plonge mon inconscient. »
Pour voir l’entretien complet cliquez ici



« Certes, les œuvres de Marie-Claire D’ARMAGNAC rompent avec le traditionnel…
Une peinture forte et raffinée à la fois, secrète peut-être, onirique sans doute, magique sûrement et jamais tout à fait abstraite.

L’écriture ardente de Marie-Claire D’ARMAGNAC est une écriture chaleureuse, parfois furieuse, mais toujours poétique… Une écriture rare, unique, qui charme, envoûte et ne peut laisser indifférent. »

Pour lire l’article de Jack CASTETS, Journaliste « Petit Bleu » cliquez ici

« Un tableau de Marie-Claire D’ARMAGNAC , ne se regarde pas, il se découvre.
Il s’ouvre et s’écoule en intensité de vie, en mystérieuse et lumineuse musicalité, en vibrante émotion devant le flamboiement des nuances, des profondeurs et des transparences.
Dans chaque œuvre de Marie-Claire D’ARMAGNAC , une forte et singulière  présence émerveille et bouleverse les sens. »

Pour lire l’article de Jean-Pierre ASSELINNE cliquez ici

En septembre'2017-a-l-atelier-mcdarmagnac- Toile en cours à l’atelier…septembre 2017

liberte-cherie-un-soir-a-l-atelier-mcdarmagnac« Liberté chérie » un soir, à l’atelier


« Bien sûr, le regard de ses personnages interpelle. Bien sûr, on y lit son amour du genre humain, son amour de la fraternité. Mais rentrer dans un tableau de Marie-Claire D’ARMAGNAC , c’est aussi entreprendre un beau voyage, à la recherche des clés cachées. Ainsi, chacun peut projeter sa part d’ombre et de lumière… »

Pour lire l’article de Béatrice DILLIES cliquez ici